Esprit d’entreprise : comment adopter le bon état d’esprit

Esprit d’entreprise : comment adopter le bon état d’esprit

Quand nous vivions dans les cavernes, nous avions tous l’esprit d’entreprise. Nous cherchions notre nourriture, […] c’est ainsi qu’a commencé l’histoire de l’humanité. Puis nous sommes devenus des employés parce que c’est l’étiquette qu’on nous a collée. Nous avons oublié que nous étions des entrepreneurs.

M. Yunus, Prix Nobel de la Paix et pionnier du microfinancement

Chacun est un chef d’entreprise

Pour s'adapter aux challenges de la vie moderne, réussir une carrière, nous devons redécouvrir nos instincts d'entrepreneurs. Cliquez pour tweeter

Que vous soyez avocat, médecin, professeur ou chef d’entreprise, vous devez aussi vous considérer comme entrepreneur face à une entreprise : votre carrière.

L’ascenseur professionnel traditionnel est embouteillé, les vieilles hypothèses sur l’âge sont révolues. Il y a de nouvelles règles et vous devez les connaître sous peine de devenir obsolète, quel que soit votre âge.

La solution tient en deux parties indissociables.

Version Beta permanente

Considérez-vous comme une version Beta permanente de votre objectif. Comme un “work in progress“. Et investissez continuellement sur vous.

Pour de nombreuses personnes, 20 ans d'expérience ne sont rien d'autre qu'un an d'expérience répété 20 fois (Argadon) Cliquez pour tweeter

L’adaptabilité continue comme état d’esprit d’entreprise

L’adaptabilité doit devenir un état d’esprit. Effectuez des tests A/B et soyez capable de changer de stratégie à la volée. Adoptez le principe de flexibilité comme clé de l’amélioration continue.

L’avantage compétitif

Se différencier ou mourir. Dans l’excellente formation inbound marketing de Hubspot, on parle d’océan bleu ou d’océan rouge.

L’océan rouge est la stratégie qui consiste à attaquer un secteur d’activité ultra compétitif, sur une guerre des prix, avec des marges faibles et des volumes élevés. C’est la stratégie de marques comme Asus, Acer, etc dans le monde informatique.

L’océan bleu est au contraire la stratégie qui consiste à chercher une zone vierge dans l’océan des affaires. A se différencier de la concurrence pour que le prix ne soit plus l’élément différenciant. C’est la stratégie d’Apple et de Dell par exemple.

Océan rouge : zone de concurrence féroce. Océan bleu : la différenciation est suffisante pour sortir de l'océan rouge Cliquez pour tweeter

De même, dans un monde où un million de personnes peuvent faire votre travail, vous devez définir un projet différenciant. Vous n’avez pas besoin d’être meilleur que tous les professionnels du secteur. Juste de les battre sur votre marché, sur votre niche et dans le secteur que vous avez choisi. Sur votre terrain, avec votre esprit d’entreprise.

Le triangle d’or de l’entrepreneur

Votre capital

Votre capital se compose de ce que vous possédez en propre. Tout d’abord un capital immatériel : vos qualités et compétences, intelligence, culture, formation, savoirs-faire et savoirs-être…

Ajoutez à cela votre capital matériel tel que votre trésorerie, vos revenus, relations, biens matériels et tout ce que vous possédez qui peut être mis au service de votre entreprise (et/ou votre carrière).

Vos aspirations et valeurs

Qui vous êtes et où vous souhaitez aller dans l’avenir.

On ne va pas contre sa nature sous peine de lutter continuellement contre une petite voix qui réclame son dû et le retour à la normale.

Le marché

Ce pour quoi les gens sont prêts à payer. C’est souvent la partie la plus difficile parce que c’est celle que l’entrepreneur n’a pas envie de voir en toute objectivité.

Chacune de ces composantes ne va pas sans l’autre. Leur imbrication étroite et leur équilibre sont indispensables.

Des talents qui ne rapportent rien ne vous emmèneront nulle part. Cliquez pour tweeter

Suivre ses aspirations sans en avoir le talent est une perte d’énergie inutile.

Etre un esclave du marché sans égards pour vos valeurs et vos capacités est le meilleur chemin vers la démotivation.

Améliorer la position concurrentielle de votre entreprise

Comment passer de l’océan rouge à l’océan bleu ? De la concurrence féroce et violente à l’innovation et aux marges confortables ?

Augmentez votre capital, matériel ou immatériel. Avoir plus de compétences, de réseau ou d’argent contribue à créer un avantage concurrentiel conséquent. A changer les règles du jeu.

Changez votre secteur, votre environnement, vos méthodes, votre lieu de travail. Faites que ce secteur devienne niche, que ce lieu devienne vierge, que votre environnement soit plus propice.

Par exemple, certains agents immobiliers ont trouvé fortune et gloire en se spécialisant dans un secteur pointu (défiscalisation, bureaux, commerces) alors qu’ils vivaient échec et frustration dans la transaction “tradi”. Choisir une “niche” où la concurrence est moins féroce ou inexistante divisera par cent le nombre de clients mais multipliera par mille votre intérêt à leurs yeux.

Le darwinisme dans la vie professionnelle

Les conseils de carrière ou de gestion d’entreprise traditionnels ressemblent à “décidez où vous voudrez être dans 10 ans et définissez le plan pour y parvenir”. Ou alors “trouvez votre passion et mettez-la en oeuvre”…

Mais ce genre de conseil ignore totalement un aspect crucial : “mobilis in mobili“… Le Capitaine Némo (l’inventeur de l’esprit d’entreprise, pas le poisson) avait cette devise qui signifie “mobile dans l’élément mobile”.

En effet, ces conseils partent du principe que le monde est stable, immuable, alors qu’il change, que les concurrents évoluent et vous aussi. Ils présupposent que l’introspection suffit à la connaissance de soi, alors qu’elle ne peut provenir que de l’expérimentation.

La réussite de ce point de vue repose sur l’adaptabilité et la résilience. Persister dans ses objectifs tout en adaptant sa stratégie. Accepter comme inévitable l’ambiguïté, donner la priorité à l’apprentissage sur la rentabilité, donc à la croissance sur la profitabilité.

En effet, la croissance vous confronte à de nouveaux savoirs et en cela elle est profitable, même en l’absence de rentabilité immédiate. Apprenez en faisant, c’est plus efficace qu’apprendre en cherchant.

Plan A, plan B, plan Z ou l’esprit d’entreprise en trois alternatives

Pensez avec deux coups d’avance. Définissez votre plan A, votre plan B et un plan Z.

Le plan A est ce que vous êtes en train de faire, ce qu’est votre avantage concurrentiel et comment vous en tirez parti.

Le plan B est ce que vous devez faire si le plan A ne fonctionne pas. C’est un pivot au sens entrepreneurial du terme. Il peut s’agir d’une modification simple ou d’une refonte complète de la stratégie.

Le plan Z est votre bouée de sauvetage. C’est ce que vous devrez mettre en oeuvre en cas d’échec pour revenir dans la course.

Vous aurez alors créé un plan A original, un plan B alternatif et un plan Z de survie.

Cet article sera poursuivi très prochainement par un article sur la construction de réseaux d’entreprises et leur utilité pour booster votre esprit d’entreprise.

Transformez votre agenda en IK !

indemnité kilométrique
transformez